Place de la vaccination antipapillomavirus après 25 ans

Résumé La vaccination antipapillomavirus des jeunes filles avant leurs premiers rapports sexuels est maintenant admise par le monde médical. Toutefois, cette prophylaxie peut vraisemblablement être également proposée à des patientes plus âgées. En effet, l’infection par HPV ne se limite pas aux adolescents : quoi que le pic d’incidence se situe entre 18 et 30 ans, ces infections sont toujours présentes chez les femmes plus âgées. Chez celles-ci, le taux de persistance virale parait plus long, augmentant le risque de complications dysplasiques et cancérologiques. La fréquence de cancer cervical chez les femmes de plus de 50 ans en est la conséquence. Par ailleurs, les études de phases 3 réalisées dans des populations non sélectionnées semblent démontrer l’efficacité de la vaccination aussi bien chez les patientes naïves de toute infection par HPV que chez celles ayant déjà développé une telle infection mais l’ayant éliminée. De plus, moins de 1 % des femmes présentent à la fois un HPV 16 et 18 au niveau cervical et ne tireront aucun bénéfice d’une telle vaccination. Il parait donc logique de considérer positivement cette prophylaxie chez les patientes de plus de 25 ans ne présentant pas de lésion cervicale induite par le papillomavirus.


این مقاله را خودتان با کمک ترجمه کنید

95/12/18 - با استفاده از افزونه دانلود فایرفاکس و کروم٬ چکیده مقالات به صورت خودکار تشخیص داده شده و دکمه دانلود فری‌پیپر در صفحه چکیده نمایش داده می شود.